Vous vous serez souvent demandé comment les femmes du passé faisaient pour se mettre en beauté, avant l’invention des produits actuels comme par exemple les fers à cheveux  etc. Nous allons faire un voyage dans le temps et à la fin vous vous rendrez compte que la mise en beauté actuelle n’est pas aussi compliquée que  vous croyez. Vous avez sûrement déjà entendu la phrase : « Il faut souffrir pour être belle », vous allez voir que cette expression, hier était plus que justifié.

Selon le site AllDay.com qui a retracé les étapes de l’évolution du maquillage pendant les siècles, le maquillage a causé beaucoup de victimes, elles avaient toutes un seul désir : apparaître belles aux yeux d’autrui. Les femmes et aussi certains hommes se maquillent depuis le 10.000 avant Jésus-Christ, mais les produits et les substances utilisées n’ont pas toujours été aussi fiables que ceux dont on dispose aujourd’hui. Autrefois, les gens utilisaient beaucoup de produits de maquillage contenants de toxines comme le plomb, le mercure et l’arsenic etc. C’est seulement à partir des années 40 du 900, que l’utilisation de ces substances a été interdite aux Etats Unis.

Les ‘tortures’ pour paraître plus belles.

Le site AllDay.com a dévoilé à quelles « tortures de beauté » se sont soumis les gens pour apparaître beaux.nefertiti-640878_640

Déjà en 10.000 avant Jésus-Christ, dans la civilisation égyptienne, femmes et hommes utilisaient habituellement des rouges à lèvre, poudres colorés et eyeliners. Les égyptiennes et les hindous faisaient utilise de l’eyeliner au plomb: Le Kohl (Kajal en arabe), un produit nécessaire pour souligner les yeux et les sourcils. Il s’agit d’une pate composé par de la suie, d’un particulier onguent gras et surtout  de la poudre de plomb. Les gens appliquaient l’eyeliner sur des parties du visage très sensibles et la peau absorbait le plomb. L’utilisation à longue durée du Kohl a causé de graves problèmes physiques et mentaux pour les gens que s’en servaient. Si on introduit ces substances dans le corps, elles entraînent des inflammations de la peau mais aussi elles vont attaquer les synapses neuronales en causant insomnie et minorations mentales.

La tendance pâleur.
Jidai_Matsuri_2009_460

Au Japon aussi, il y avait des pratiques de mis en beauté particulières. Déjà au XVIII siècle la beauté par excellence prévoyait un visage totalement blanc, qui était synonyme de noblesse. Entre les femmes mariées de l’aristocratie japonaise il y avait une tendance utile à faire ressortir encore plus la pâleur du visage : l’Ohaguro. C’est une technique qui consistait à se noircir les dents avec du colorant pour donner une sensation d’immaculé au visage.  Le colorant utilisé pour les dents était une substance très toxique parce qu’elle contenait du fer. Même le fard pour blanchir le visage était très nocif, composé de poudre de riz mais aussi d’excréments d’oiseaux.

Dans la Grèce antique les femmes appliquaient sur le visage une poudre de blanc de plomb, un pigment pictural inorganique composé de carbone basique de plomb. Cette substance qui était très facile à repérer, rongeait la peau du visage des gens qui l’utilisaient avec fréquence. Malgré cet effet secondaire, les femmes continuaient à l’utiliser. Les personnes ne savaient pas que le blanc de plomb cause stérilité et entraîne aussi des problèmes psychologiques. Même les romains adoptaient le blanc de plomb. Cette substance a eu beaucoup de succès pendant l’histoire, même au XVIe siècle, pendant le règne de la Reine Elisabeth I, connue pour son teint très pâle. La peau blanche était toujours synonyme de noblesse et la pigmentation foncée était synonyme des classes inferieures qui travaillaient dans les champs  l’air ouvert.

Au début du Xe siècle une autre tendance est apparue : avoir un visage totalement propre, même sans taches de rousseur. Les femmes utilisaient un produit qui s’appelait  “Dr. C.H. Berry’s Freckle Ointment”, qui était nécessaire pour éliminer les taches de rousseur. L’onguent contenait du mercure, le produit était très dangereux pour les gens. En 1970 l’utilisation du mercure dans les produits de beauté a été interdît.

Le mascara Killer. 

Au Xe siècle existait le Lash Lure, un mascara killer, une coloration pour les sourcils et cils qui était mortelle. Le mascara contenait du charbon toxique. L’utilisation du Lash Lure a causé au moins 16 cas de cécités et plusieurs morts. En 1940, la Food and Drug Administration a interdît l’utilisation de cette substance.

Et les Cheveux ?capelli

En 1700 c’était très à la mode d’avoir les cheveux coiffés vers le haut. Une des figures la plus représentative de cette tendance était la reine de France Marie Antoinette. La reine pour avoir une coiffure haute utilisait même des structures en bois. Pendant cette époque, les femmes appliquaient du gras pour tenir intacte la structure de la coiffure, sans se laver les cheveux pendant des semaines. C’est pour ce motif que beaucoup de femmes se couchaient avec des cages ou des protections sur la tête, pour éviter que des animaux comme les rats se réfugiaient dans leur coiffures.

Publicités